André Lespagnol

André Lespagnol est un enseignant et homme politique français, né le à Crozon.

Il est agrégé d’histoire, il a enseigné au Québec, puis à l’Université Rennes II. Ses travaux de recherche ont porté sur l’histoire maritime et sur la bourgeoisie marchande de Saint-Malo.

Il est président de l’université Rennes 2 de 1991 à 1996, avant d’occuper les fonctions de Recteur de l’Académie de Reims (1998-2000) puis de Créteil (2000-2003), puis d’être élu en 2004 vice-président de la région Bretagne chargé de l’enseignement supérieur. Il ne s’est pas représenté en 2010.

Il étudie dans les lycées de La Baule et de Saint-Nazaire avant de commencer ses études en histoire au collège universitaire de Nantes qui dépend alors de l’université de Rennes. Il continue ses études dans le supérieur en se rendant à la faculté des lettres de Rennes.

Il est reçu à l’agrégation d’histoire en 1965, et commence par enseigner un an au lycée Ambroise-Paré de Laval avant de devenir assistant à l’université de Montréal au Canada jusqu’en 1970. Il revient ensuite cette année-là à Rennes pour exercer comme assistant à l’université de Rennes 2. Il accède ensuite aux statuts de maître-assistant en 1978, de maître de conférences en 1984 et enfin de professeur d’histoire moderne en 1990 après avoir soutenu sa thèse de doctorat d’État en décembre 1989.

Il est élu à la présidence de l’université Rennes 2 en 1991

L’université développe ses infrastructures pendant sa présidence, avec l’ouverture du campus de La Harpe et d’un bâtiment des langues en 1993, et la création d’une Maison de la recherche en sciences sociales est arrêtée dans le plan de modernisation français université 2000.

Plusieurs évolutions structurelles sont aussi effectuées. Les Presses universitaires de Rennes, la maison d’édition de l’université, se modernise en révisant ses statuts. L’université passe aussi ses premières conventions avec le CNRS en 1995.

Jean Brihault, élu le , lui succède à la tête de l’université

Il est nommé recteur de l’académie de Reims le , et prend ses fonctions le 2 décembre. Il s’occupe de plusieurs mesures dans la région, dont la relance de l’éducation prioritaire, la réforme des lycées, la mise en place du mouvement déconcentré du personnel du second degré, ou la mise en place de collèges multisites dans les zones rurales de la région pour éviter leurs fermetures. Il prépare aussi plusieurs contrats liant l’éducation et l’État, dont le contrat triennal liant l’académie au ministère, et le contrat de plan « État-Région ».

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1998 et reçoit cette distinction le 19 juin de cette même année.